La Commission européenne dévoile sa stratégie pour faire de l’UE un leader<p>Liaison Entre Actions de Développement de l’Economie Rurale</p> mondial de l’hydrogène « propre » d’ici 2050

L'hydrogène peut servir de matière première, de carburant ou de solution de stockage d'énergie. Il trouve de nombreuses applications dans les secteurs de l'industrie, des transports ou de la construction. Son utilisation n’entraînant pas d’émissions de Co2, il contribue à la décarbonation des processus industriels et des secteurs économiques dans lesquels la réduction des émissions est à la fois urgente et difficile à réaliser. Or, aujourd'hui, le volume d'hydrogène utilisé dans l'UE, essentiellement produit à partir de combustibles fossiles, demeure limité.

C’est pourquoi la Commission européenne a publié le 8 juillet 2020 une stratégie pour développer ce secteur. Intitulée « Une stratégie hydrogène pour une Europe climatiquement neutre », cette stratégie a un double objectif : d’une part encourager la production d’hydrogène « propre » à partir d’électricité d’origine renouvelable (en particulier via le solaire et l’éolien) et, d'autre part, faire de cet hydrogène propre une solution viable pour décarboner différents secteurs de l’économie européenne, conformément aux objectifs de l’Accord de Paris sur le climat de 2015 et à l’objectif de neutralité climatique de l’UE à l’horizon 2050.

Cette stratégie hydrogène européenne identifie 3 phases de développement avec des objectifs chiffrés précis :

1) 2020-2024 : production d’1 million de tonnes d’hydrogène propre dans l’UE via l’augmentation des capacités de production et le développement d’infrastructures de transport et de stockage ;

2) 2025-2030 : production de 10 millions de tonnes d’hydrogène propre. Cela permettra de diminuer les coûts de production et d’encourager le développement de nouveaux usages comme le recours à l’hydrogène comme carburant pour les camions ou les trains et le développement de « vallées hydrogène », écosystèmes territoriaux qui couvrent toute la chaîne de valeur de l’hydrogène (de la production à son utilisation) ;

3) 2030-2050 : maturité et déploiement commercial des technologies de production et d’utilisation de l’hydrogène propre dans différents secteurs fortement consommateurs d’énergie comme l’aviation, le transport maritime ou le chauffage/refroidissement des bâtiments.

La Commission adoptera des mesures de standardisation et de certification afin de garantir la qualité de l’hydrogène propre produit dans l’UE et importé. Elle encouragera également le déploiement des infrastructures de distribution et de recharge, en s’appuyant notamment sur les corridors des réseaux transeuropéens de transport et d’énergie (RTE-T et RTE-E). Les projets de recherche et d’innovation seront soutenus via le « Partenariat public-privé européen pour l’hydrogène propre » (Clean Hydrogen for Europe), qui succèdera à la FCH JU/Entreprise commune pour l’hydrogène et les piles à combustible à partir de 2021, tandis que des projets de démonstration à grande échelle seront cofinancés via le Fonds d’innovation européen mis en place dans le cadre du marché européen du carbone. Enfin, la Commission encouragera le recours aux Fonds structurels et au Fonds pour la Transition Juste pour cofinancer le déploiement de ces technologies. 

Cependant, l’action de la Commission seule ne suffira pas à mettre en œuvre une stratégie de développement pour laquelle les besoins d’investissements sont estimés entre 180 et 470 milliards € d’ici 2050. Afin de mobiliser les investissements publics et privés nécessaires à la réalisation de cette ambition, la Commission s’appuiera sur une « Alliance européenne pour l’hydrogène propre » qui impliquera tous les acteurs de la chaîne de valeur de l’hydrogène (industriels, autorités nationales et régionales, ONG) dans le but de bâtir un écosystème européen autour de l’hydrogène propre et de faire émerger des projets de déploiement à grande échelle. Cette Alliance a été lancée le 8 juillet 2020 lors d’un évènement présidé par Frans Timmermans, 1e Vice-Président de la Commission en charge de l’action climatique, et en présence des Commissaires européens Thierry Breton (Industrie/Marché intérieur/Numérique) et Kadri Simson (Energie). La Normandie y était représentée par Hubert Dejean de la Batie, Vice-Président de la Région en charge de l’énergie et de l’environnement.

La Normandie jouera un rôle actif au sein de cette initiative en tant que coordinatrice du « Partenariat européen sur les vallées hydrogène », un partenariat interrégional qui regroupe près de 40 régions européennes situées dans une quinzaine de pays, mais aussi en tant que région pionnière du développement de la filière hydrogène sur son territoire. En effet, la Normandie a été la première région française à adopter en octobre 2018 son plan de soutien à cette filière et elle a développé, grâce au soutien financier de l’UE, le projet EAS-HyMob, premier projet français d’amorçage de la mobilité hydrogène à l’échelle d’une région, avec l’installation d’une dizaine de stations de recharge pour les véhicules hydrogène réparties sur tout le territoire normand.

Pour en savoir plus :