Présentation du programme pour l’Europe d’Ursula von der Leyen

L’Allemande Ursula von der Leyen, candidate proposée début juillet par les chefs d’Etat et de gouvernement pour remplacer Jean-Claude Juncker, dont le mandat s’achève officiellement le 31 octobre prochain, à la présidence de la Commission européenne, a présenté le 16 juillet dernier à Strasbourg son « programme pour l’Europe » aux parlementaires européens.

Ces orientations politiques constitueront le cadre de travail de la Commission pour les 5 années à venir (2019-2024). Elles se déclinent en 6 grandes ambitions :

  • Un pacte vert pour l’Europe
  • Une économie au service des personnes
  • Une Europe adaptée à l’ère du numérique
  • Protéger le mode de vie européen
  • Une Europe plus forte sur la scène internationale
  • Un nouvel élan pour la démocratie européenne

C’est d’abord sur la nécessité d’agir contre le changement climatique que la future Présidente de la Commission européenne a insisté en indiquant qu’elle proposerait un « pacte vert pour l’Europe » dans les 100 premiers jours de son mandat. Ce pacte inclura une législation qui fera de la neutralité climatique de l’UE un objectif obligatoire à atteindre à l’horizon 2050. L’UE devra être plus ambitieuse dans ses objectifs de réduction des émissions. Dans le cadre de l’accord de Paris de 2015, l’UE s’est engagée à réduire ses émissions de 40% à l’horizon 2030. Ursula von der Leyen souhaite porter à 55% cet objectif de réduction des émissions de l’UE d’ici à 2030.  Ursula von der Leyen annonce également l’instauration d’une taxe carbone aux frontières de l’UE, afin de permettre aux entreprises européennes de bénéficier de conditions de concurrence équitables.  Elle indique qu’elle élaborera une stratégie pour protéger la biodiversité ainsi qu’une nouvelle stratégie industrielle visant à faire de l’UE le leader<p>Liaison Entre Actions de Développement de l’Economie Rurale</p> mondial de l’économie circulaire et des technologies propres. Elle présentera également une stratégie en faveur de la finance verte et un plan d’investissement pour une Europe durable, avec l’objectif de mobiliser 1000 milliards € d’investissements sur les dix prochaines années. Au moins 50% des financements de la Banque européenne d’investissement (BEI) devront être consacrés au climat d’ici à 2025 (contre 25% aujourd’hui). Un « fonds pour une transition juste » sera mis en place, afin de soutenir les personnes et les régions les plus affectées par cette transition vers la neutralité climatique. Une attention particulière sera accordée aux régions agricoles et rurales, composante essentielle de l’identité européenne. Ursula von der Leyen proposera enfin l’élaboration d’un « pacte climatique européen », ensemble d’engagements conclus conjointement par les collectivités locales, la société civile, l’industrie et les écoles.

Au titre des autres ambitions de son « programme pour l’Europe », la future Présidente de la Commission européenne a également annoncé la mise en place d’un salaire minimum, assurant à chaque travailleur européen un niveau de vie décent quel que soit son lieu de travail, ainsi que la mise en place d’un régime européen de réassurance des prestations de chômage, afin de soutenir les chômeurs dans les Etats membres touchés par une récession importante. Des mesures pour favoriser l’égalité hommes-femmes seront prises, à commencer par la mise en place d’un nouveau collège des Commissaires composé à parité d’hommes et de femmes. Une garantie pour l’enfance sera proposée, afin que les enfants les plus vulnérables aient accès aux soins de santé et à l’éducation.

Une conférence sur l’avenir de l’Europe, qui rassemblera citoyens, société civile et institutions européennes, s’ouvrira en 2020. Elle permettra aux Européens de jouer un rôle actif dans la définition des priorités de l’UE.

Concernant le Brexit, Ursula von der Leyen a rappelé que l’accord de retrait négocié par Michel Barnier au nom de l’UE est le meilleur et le seul accord possible. Elle se dit ouverte à un nouveau report de la date de sortie du Royaume-Uni (actuellement fixée au 31 octobre) à condition que de bonnes raisons soient avancées par les Britanniques.

Suite à la présentation de son programme, Ursula von der Leyen a été officiellement élue Présidente de la Commission par le Parlement européen le 16 juillet. Chaque Etat membre doit désormais désigner son candidat-Commissaire, afin que Mme von der Leyen compose son collège en attribuant à chacun un portefeuille thématique. Chaque candidat Commissaire sera ensuite auditionné fin septembre par les commissions compétentes du Parlement européen. Après ces auditions, le nouveau collège fera l’objet d’un vote d’approbation au Parlement, suivi d’une nomination officielle par le Conseil européen. L’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne a prévue pour le 1er novembre prochain.

Lien vers les orientations politiques pour la prochaine Commission européenne 2019-2024 : https://ec.europa.eu/commission/sites/beta-political/files/political-guidelines-next-commission_fr.pdf