Le 9 décembre, la Commission européenne a présenté sa « stratégie de mobilité durable et intelligente » qui vise la transition écologique et numérique dans le domaine des transports.

Cette stratégie s’inscrit dans la lignée du Pacte vert pour l’Europe présenté le 11 décembre 2019 par la Présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen. L’objectif visé par ce pacte est de faire de l'UE le premier continent climatiquement neutre d'ici à 2050. Ambition précisée et rappelée lors de son discours sur l’Etat de l’Union le 16 septembre 2020 où elle a annoncé vouloir porter la réduction des émissions de gaz à effet de serre à 55 % d’ici à 2030. Le secteur des transports qui représente environ un quart des émissions de gaz à effet de serre de l’UE est donc concerné au premier chef par cette ambition. Ses émissions devront être réduites de 90% d’ici à 2050 pour que l’UE soit en mesure d’atteindre la neutralité climatique à cet horizon. Cette stratégie a également vocation d’actualiser et remplacer le Livre Blanc sur les Transports de 2011, dernier grand document d’orientation de la politique européenne des transports.

La stratégie pour une mobilité durable et intelligente définit 82 initiatives au total, réparties dans 10 grands domaines d'action (les «initiatives phares») :

Sur la mobilité durable, la Commission européenne souhaite :

  1. Encourager l’adoption de véhicules zéro émission, l’utilisation de carburants renouvelables et à faible teneur en carbone - par exemple, en installant 3 millions de points de recharge publics d'ici à 2030;
  2. Créer des aéroports et des ports à zéro émission – par exemple au moyen de nouvelles initiatives visant à promouvoir des carburants durables pour les secteurs de l'aviation et du transport maritime;
  3. Rendre la mobilité interurbaine et urbaine saine et durable - par exemple, en doublant le trafic ferroviaire à grande vitesse et en développant des infrastructures cyclables supplémentaires au cours des 10 prochaines années;
  4. Ecologiser le transport de marchandises – par exemple, en doublant le trafic ferroviaire de marchandises d'ici à 2050;
  5. Fixer un prix pour le carbone et améliorer les incitations pour les usagers – par exemple, en adoptant un ensemble complet de mesures visant à assurer une tarification équitable et efficace dans tous les modes de transport.

Sur la mobilité intelligente, la Commission propose de :

  1. Faire de la mobilité multimodale connectée et automatisée une réalité – par exemple, en donnant aux passagers la possibilité d'acheter des billets pour des trajets multimodaux et en faisant en sorte que les marchandises puissent passer sans discontinuité d'un mode de transport à l'autre;
  2. Encourager l'innovation et l'utilisation des données et de l'intelligence artificielle (IA) – par exemple, en soutenant sans réserve le déploiement de drones et de véhicules aériens sans pilote ainsi que d'autres mesures visant à créer un espace européen commun des données relatives à la mobilité.

Sur la mobilité résiliente, il est question de :

  1. Renforcer le marché unique - par exemple, en intensifiant les efforts et les investissements afin d'achever le réseau transeuropéen de transport (RTE-T) d'ici à 2030, et accompagner le secteur dans son redressement grâce à des investissements accrus, tant publics que privés, dans la modernisation des flottes, tous modes de transport confondus;
  2. Rendre la mobilité équitable et juste pour tous – par exemple, en faisant en sorte que cette nouvelle mobilité soit abordable et accessible dans toutes les régions et à tous les passagers, y compris ceux à mobilité réduite, et en augmentant l'attrait de ce secteur pour les travailleurs;
  3. Renforcer la sûreté et la sécurité des transports tous modes confondus, y compris en faisant baisser le nombre de décès pour qu'il s'approche de zéro d'ici à 2050.

En résumé, les grandes étapes :

À l’horizon 2030 :

  • au moins 30 millions de véhicules à zéro émission circuleront sur les routes européennes
  • 100 villes européennes seront climatiquement neutres
  • le trafic ferroviaire à grande vitesse doublera sur tout le territoire européen
  • les déplacements collectifs programmés pour des trajets inférieurs à 500 km devraient être neutres en carbone
  • la mobilité automatisée sera déployée à grande échelle
  • les navires de mer à zéro émission seront prêts à être commercialisés.

À l’horizon 2035 :

  • les aéronefs de grande capacité à zéro émission seront prêts à être commercialisés.

À l’horizon 2050 :

  • la quasi-totalité des voitures, camionnettes, autobus et véhicules utilitaires lourds neufs seront à zéro émission
  • le trafic ferroviaire de marchandises doublera
  • un réseau transeuropéen de transport (RTE-T) multimodal et entièrement opérationnel au service de transports durables et intelligents garantissant une connectivité très rapide.

Si la Commission européenne affiche au travers de cette stratégie une ambition forte en matière notamment de décarbonation du secteur des transports, l’accueil qui lui a été réservé par les acteurs du secteur est mitigé, certains pointant une compilation d’annonces déjà annoncées et programmées par la Commission européenne (pour certaines déjà présentes dans le livre blanc de 2011 sur les transports ou dans son programme de travail 2021). On peut noter également le nombre important d’initiatives législatives prévues qu’il s’agira, au-delà des propositions, de concrétiser.

Pour consulter la stratégie : https://ec.europa.eu/transport/sites/transport/files/legislation/com2020...